Carnets de voyage Europe SVE

Serbie. Mes favoris à Belgrade

4 décembre 2014

Visiter Belgrade en plein automne, c’est un peu comme aller en week-end au bord de la mer quand il neige : c’est beau, mais on aimerait voir ce que ça donne en haute saison. C’est avec cette pensée en tête que je suis arrivée là-bas fin octobre, accompagnée de ma coloc’ et d’une amie polonaise. On ne s’attendait à rien, vraiment, à part du tourisme pur et dur. Puis nous avons rencontré l’âme de la capitale : les Serbes. Tombée sous le charme de l’un d’eux (oui), je me suis surprise à reprendre un train pour la « Ville Blanche » un mois plus tard. Sans aller jusqu’à dire que j’ai la science infuse, je peux cependant partager avec vous quelques endroits/savoirs dénichés au hasard des pérégrinations.

Guides

Commençons avec le côté pratique. Comme j’ai pris la manie de voyager sans même un guide papier pour savoir où je mets les pieds, la première halte que je fais en arrivant reste l’office du tourisme. Il n’y a pas mieux qu’eux pour vous fournir en prospectus divers et variés. Pour Belgrade, j’avais tout de même téléchargé un PDF du dernier Belgrade In Your Pocket sur ma liseuse. Mais quand on est un as de l’organisation, on peut aussi consulter le site internet de l’office de tourisme en français.
Mention spéciale à la carte City Spy que je vous recommande d’aller « chasser » dans les bars : elle vous donne les bons plans (auberges de jeunesse, bars/clubs, restaurants) et quelques anecdotes sur la ville et ses habitants en général. Et leur design est top ! (j’utilise celle de Budapest quasi tout le temps)

 

Cafés

Quand on visite Belgrade en automne – et par temps froid, on éprouve l’envie terrible de se réfugier dans les cafés. Toutes les heures. Ce qui tombe bien puisqu’il paraît que cela fait partie du mode de vie serbe.
Et peut-être froncerez-vous le nez : tous les lieux sont fumeurs. (ce qui rend heureux ceux qui pratiquent, moins ceux qui ont perdu l’habitude systématique de laver leurs vêtements après une sortie)

 

Mama’s Biscuit House

Apparemment prisé, ce lieu promet du fait maison. J’en avais lu une appréciation sur le blog d’une Française expat’ lors de ma première visite, mais il a fallu attendre la seconde pour que je me décide. Désormais, je peux confirmer qu’après y avoir dégusté un chocolat chaud en pudding et une part de cheesecake, on est rassasié-e de bonheur.
Mama’s Biscuit House, Strahinjica Bana 72

Mikser House

Si, pendant ma première visite, je n’avais fait qu’explorer l’endroit, la seconde fut celle où j’y ai bu un cappuccino. Immense, on y trouve un petit marché d’objets design, une scène, des tables sur tréteaux pour bosser ou papoter, un étage où se détendre ou organiser des meetings. Il paraît qu’il y a des shows et expos aussi, parfois. C’est très, très cool.
Mikser House, Karadjordjeva 46

Cafeteria Moment

Le café n’a rien d’exceptionnel en soi, mais il a le mérite de se trouver quelques rues au-dessus du St Sava Temple. Pour une pause bien méritée, je vous recommande leurs cookies maison qui reposent sous cloche.
Moment, Topolska 16

Autres : promenez-vous le long des berges de la Save, des cafés divers et variés y sont installés (sur les bateaux aussi, mais ça avait l’air désert en cette période).

Restaurants

 

 

Restoran Zavičaj

Recommandé par notre hôte pour notre premier soir. Verdict : gé-ni-al. En plus du personnel chaleureux (le serveur a absolument tenu à me montrer une photo de lui jouant avec son équipe de rugby en France), la nourriture y est bonne. Attention aux petits estomacs, les portions sont géantes.
Ce que j’y ai mangé : un serbian mix et un pancake. (3 €, si je ne compte pas ma limonade)
Restoran Zavičaj, Gravila Principa 77

Korto Cafe and More

Rien de très typique ici, mais on y est installé confortablement. Loin de moi l’idée de vous faire l’éloge de mon hamburger ni de la tortilla que mon amie polonaise avait commandée. Juste que j’aime bien l’endroit, j’ignore pour quelle raison.
Korto Cafe and More, Nusiceva 6

Autres : Un autre restaurant traditionnel que j’ai tenté, le Sta je Tu jeCara Dušana 18.

Musique

Faire la fête avec les Serbes, c’est exposer ses oreilles à des sons nouveaux. Ma soirée la plus mémorable compte pléthore de musiques serbes passées en boucle durant toute une nuit jusqu’à 5h du matin. Et puis il y a eu 3 chansons populaires – pas forcément serbes – qui me sont restées en tête. Cliquez sur l’image ci-dessous pour les découvrir (vous avez le droit de rire).

HTML Map

Anecdotes


 Piétons, prenez garde !

En marchant les premières fois dans Belgrade, j’ai été éberluée par la vitesse à laquelle roulent les Serbes, surtout en ville. En voiture avec mon Serbe, je me cramponnais moi-même de toutes mes forces jusqu’à me finir par me détendre après avoir compris qu’il savait ce qu’il faisait (évidemment).
Il m’a cependant raconté des histoires de jeunes tellement soûls qu’ils ont roulé droit dans le Save, et d’un policier qui, trop excédé par la lenteur d’une conductrice, s’est mis à lui tirer dessus. En clair : faîtes attention avant de traverser, même si la plupart des piétons ne respectent pas le feu rouge.

Les belles filles

Magnifiques. Elles ont le sens du style en plus d’être immenses et minces (ajoutez les talons hauts, elles sont tout bonnement inatteignables). Toujours est-il que l’homme serbe se montrera… plutôt macho.
Les femmes ne semblent jamais passer en premier – ou alors temporairement. (je le dis pour l’avoir vécu) Néanmoins l’homme serbe assure toutes les dépenses et il y tiendra beaucoup. Insister pour séparer la note ou payer à sa place sera vécu comme une insulte à sa virilité.

Des gens chaleureux

Vraiment. Ils s’intéressent à vous, à votre culture et n’hésitent pas à partager tout ce qu’ils ont avec vous. De ce que j’en sais, ils adorent particulièrement les Français, une appréciation due à notre histoire commune datant de la 1ère Guerre Mondiale (sortez vos cours d’Histoire). D’ailleurs, notez qu’ils peuvent apprendre notre langue dès l’école primaire.

Lourd passé

Comme dans tout pays qui a connu une guerre récente, ils sont marqués au plus profond. « Ils vivent dans le passé ». Mais ils restent des gens fiers de leur patrie. Un exemple ? Une série dont l’intrigue se passe dans l’armée a même convaincu un grand nombre de femmes à y entrer. Aussi, tentez de parler politique avec eux, vous en aurez pour des heures… mais n’oubliez pas les verres de rakia !

En savoir plus :
Facebook // Tourisme en Serbie
Blog // Visitez Belgrade
Reportage // Destination Serbie (TV5 Monde)
Blog // All Around The Girl – Le temps d’un week-end

 

ophelie

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply