Aimer Glousser

Sans plus attendre, de Kristan Higgins. Quand le besoin d’une carte verte se fait pressant

21 janvier 2018

Très récemment, j’ai conseillé à une amie – dont la vie de couple bat de l’aile – de lire de la romance. Cela lui a pourtant paru contre-indiqué, compte-tenu de l’état de son petit cœur, un poil meurtri par les agissements affligeants de son actuel compagnon. Je lui assurais pourtant, avec beaucoup de conviction (et d’insistance), que ce serait pour elle un passe-temps thérapeutique. En effet : quoi de plus cathartique que de lire les histoires de femmes bafouées par un goujat qui, au terme d’une remise en question profonde de leurs sentiments, font un pied de nez à leur statut de victime en courant se blottir dans les bras d’un Homme Bien ?

Bon, toujours est-il que, faisant fi de mon conseil que je pensais judicieux, elle ne m’a pas crue. Quel dommage ! What a shame! J’étais sidérée, abasourdie même, par le refus catégorique de cette amie qui n’avait pas la moindre envie d’ouvrir les yeux sur la nature de sa relation amoureuse. J’avais terriblement envie de lui transmettre les bons messages, les bonnes pratiques. Et, pour moi, la lecture de romances était LA clé pour voir par-delà les apparences, s’ouvrir à de nouvelles perspectives.
A court d’arguments, j’ai fini par me résigner, comprenant par-là même l’objectif caché de sa démarche : s’autoriser à lever le voile, c’était renoncer à l’espoir de réaliser un jour son rêve de vie à deux. Et, ma foi, je ne pouvais pas lui en vouloir. Car tout le monde a besoin de passer par cette étape douloureuse, mais ô combien nécessaire à un dénouement heureux : le déni. Et ce n’est pas Honor Holland, l’héroïne de Sans plus attendre (The perfect match, en VO) de Kristan Higgins, qui me dira le contraire.

Pourquoi lire Sans plus attendre ?

1. Pour son héroïne surprenante de caractère.
Si Honor Holland est une femme plutôt austère et mesurée, elle n’en pince pas moins en secret pour son ami (et amant) de toujours, le fabuleux Brogan. Le jour de ses 35 ans, son gynéco (qu’elle consulte à chaque anniversaire, c’est vous dire à quel point sa vie est réglée comme du papier à musique !) lui fait remarquer que sa production d’ovules est désormais sur le déclin, et qu’elle devrait songer sans plus attendre à se mettre en quête d’un mâle reproducteur.
C’est ainsi que Honor envisage de demander Brogan en mariage, persuadée du bien-fondé de cette étape ô combien logique de leur longue amitié. Mais le plan tourne au fiasco, et Honor découvre ensuite avec horreur que Brogan a craqué pour sa meilleure amie, Dana, et qu’ils se sont fiancés !
C’est là que débarque Tom Barlow, un séduisant British à la recherche d’une carte verte (il a une bonne raison de vouloir rester aux USA, et on le respecte pour ça). N’ayant plus rien à perdre, Honor lui propose alors un mariage blanc. L’opération comporte des risques (la prison et une amende – pas de quoi avoir froid aux yeux, hein), mais le duo accepte de relever le défi, quitte à faire l’impasse sur leurs sentiments et les enjeux d’une vie maritale basée sur le mensonge. Après tout, pour Honor, il en va de la survie de ses ovules…!

2. Pour la relation crousti-fondante entre les deux héros.
Kristan Higgins nous propose un couple bizarrement assorti qui, malgré tout, donne chaud ! Si Honor est l’archétype de la vieille fille accro au travail (parce qu’elle n’a que ça), Tom est décrit comme un prof de génie mécanique musclé + tatoué, et affublé d’un air mutin (hiiiii !). Alors quand le duo est obligé de feindre la félicité d’un couple amoureux – surtout auprès de la famille Holland – c’est du grand cinéma ! Pour sauver les apparences, Tom use et abuse de son charme à en faire tourner la tête de la très respectable Honor (du coup elle n’en peut plus)(elle a méga chaud).
Faut dire qu’il est sexy en diable, cet Anglais ! Et quand Brogan est dans les parages, Tom n’est jamais loin pour marquer son territoire (même si la relation qu’il entretient avec Honor est plus que fictive). Yummy!

3. Pour le côté loufoque de la famille Holland.
Je l’ignorais, mais Sans plus attendre est le deuxième opus de la série « Blue Heron ». J’ai donc loupé le tome 1, mais pas de panique, ça peut se lire dans le désordre ! Ce titre m’a donc servi d’introduction à la découverte du domaine de Blue Heron, un vignoble américain tenu par les Holland depuis la nuit des temps. Outre les nombreuses références à la fabrication du vin et à sa dégustation, on s’incruste au sein d’une famille de gentils dingues. Des grands-parents braillards, un père veuf à la recherche du grand amour, une sœur aînée qui parle de sexe sans le moindre filtre…
Honor, quant à elle, est la 3e de la fratrie. Elle est « l’âme du domaine », celle qui développe les projets et gère le merchandising d’une main de maître. Personne ne s’attend donc à ce qu’elle envoie valser ses principes pour sauver les miches de ses « ovules vieillissants ».

Pourquoi je vous le recommande ?

Ces temps-ci, je dévore les bouquins qui sentent le cupcake à la crème au beurre. Et pour celui-ci, qui m’a valu l’immense plaisir de faire connaissance avec Kristan Higgins, je dirais que je n’en ai fait qu’une bouchée. Après tout, il est bien difficile de résister à une histoire mêlant un rejet amoureux + une héroïne vieille fille + un mec tatoué + un mariage.
Ce livre réunit de bons ingrédients, et j’oublie sans nul doute des éléments (comme la supposée meilleure amie qui n’en manque pas une pour faire rager Honor) qui ne manqueront pas de vous séduire à votre tour. Pour ma part, je vais de nouveau tenter de le proposer à l’amie dont je vous parlais en intro. Qui sait, si j’en viens à la convaincre, ça pourrait bien lui donner envie d’aller se dénicher un Homme Bien outre-manche…!

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.