Aimer Réfléchir

Ma sélection de livres tout doux

26 août 2017

C’est après une absence longue de plus d’un an que je reviens, forte d’un millier d’expériences fascinantes et rocambolesques. En effet, pendant ces mois où j’ai tout bonnement disparu de la blogosphère, j’ai : quitté la presse écrite, été leader d’un groupe de jeunes marseillais en Macédoine, accompagné des ados dans un séjour linguistique à Dublin, retrouvé des copines lettone et espagnole à Madrid, conduit un minibus jusqu’à Barcelone, fait du canoë sur le Danube, pris un taxi jusque dans les montagnes macédoniennes, participé à un Live Action Roleplay, fait du management d’équipe à Budapest… tout ça pour dégoter le job de mes rêves (un peu par hasard, toutefois). Maintenant, je suis ce qu’on peut appeler une « spécialiste de la mobilité internationale et européenne des jeunes » au sein d’une asso.

Bien que toutes ces activités m’aient laissé peu de temps pour écrire, mon rythme de lecture est, lui, resté le même. Mon enthousiasme à lire a fluctué selon les périodes, bien sûr, néanmoins j’ai eu à cœur de finir toutes les lectures que j’ai entrepris. Et comme nous sommes à quelques encablures de la rentrée, j’ai sélectionné quelques titres qui pourraient plaire quand on est un peu déprimé de ranger la valise, de ressortir les jeans-chaussettes et d’attendre le métro.

Célibataire, mode d’emploi, de Liz Tuccillo

A 38 ans, Julie ne compte plus les années où elle a dû apprendre à vivre sans homme. Après une sortie entre copines qui tourne mal, elle décide de plaquer son boulot d’attachée de presse et son confort pour partir recueillir des témoignages de femmes du monde entier sur leur façon de vivre leur célibat. Pendant qu’elle voyage de Paris à Rome et de Rio à Bali, ses copines restées aux USA tentent de trouver l’amour avec plus ou moins de succès.

Qu’on se le dise, la comédie potache qui avait fait la Une au box-office des cinémas n’a rien à voir avec le livre. J’ai aimé la décision soudaine de Julie de prendre son carnet et son stylo pour aller voir si des femmes célibataires s’en tirent mieux qu’elle à l’autre bout de la planète. J’ai aimé ce qui se dégage de ce texte, où l’on sent l’authenticité du désespoir des copines de Julie et où l’on s’étonne de l’incroyable complexité des codes de séduction que l’on soit à New York, à Paris ou à Sydney. Que dire ? Je crois bien le relire une deuxième fois à l’occasion !

Pour un soir seulement, de Thomas Raphaël

C’est l’histoire d’une autre Julie qui, elle, apprend un jour du médecin qu’elle doit subir une grave opération chirurgicale et que cette dernière risque bien de mal finir. En rentrant, bien résolue à profiter de la vie en attendant le jour où elle devra passer sur le billot, elle décide de changer son statut sur un site de rencontres et d’annoncer qu’elle est « ouverte à toutes propositions » (traduire : « pour un soir seulement »). Bingo, sa boîte mail croule sous les sollicitations, et elle reçoit plus de 150 messages. Finalement, elle se dit qu’elle aimerait bien repousser un peu l’opération…

En toute subjectivité, ce livre est excellent ! Il s’agit d’un journal intime trèès drôle (le sous-titre est « journal (sexuel) d’une ex-petite moche »). J’ai eu le coup de cœur pour le personnage de Julie, surtout pour sa capacité à prendre du recul avec humour, ses rencards pourris (bien sûr) et le fait qu’elle se trimbale un passé de bizut dans un patelin perdu de la région de Bordeaux. Soulignons aussi la virtuosité d’un auteur masculin parvenu à se glisser avec brio dans un esprit féminin qui a les hormones en folie. J’adore, j’adore… j’adore !

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une, de Raphaëlle Giordano

Sa voiture tombée en panne dans un sous-bois, Camille vient frapper à la porte de Claude pour lui demander de l’aide. La voyant éreintée par la vie qu’elle mène, loin du bonheur qu’elle s’était un jour promis de vivre, Claude lui propose de l’accompagner à redonner un sens à son quotidien. L’homme se dit « routinologue », alors soit ! Camille dit oui, et se retrouve embarquée dans une quête de soi des plus originales.

Ce livre, on l’a vu partout – un vrai succès. Comme je suis une fille curieuse, j’ai décidé d’en percer le secret. Rien de plus ni de moins qu’un livre de développement personnel déguisé en récit à la première personne, après tout ! Je me suis régalée, surtout en me rendant compte que des règles simples pouvaient être appliquées au quotidien pour se sentir bien (mieux ?) dans sa peau. Ces règles-conseils sont surlignées en gras dans le texte, donc si vous avez un temps libre chez votre libraire préféré pour le feuilleter, et que vous n’avez pas envie de l’acheter, rien ne vous empêche de grappiller des zones de texte de temps à autre !

Take a look at me now, de Miranda Dickinson

Nell n’aime pas les surprises. Elle a toujours un coup d’avance, voire cinq années, histoire de se parer contre toute déconvenue. Un jour, son boss – et aussi ex – lui annonce qu’elle est virée. Le genre d’événement qu’elle n’avait pas prévu. Sur un coup de tête, cette fois, elle prend la décision d’utiliser toutes ses économies pour se payer un aller direct pour San Francisco. Elle compte y squatter chez sa cousine, le temps de faire le point. Elle s’improvise stagiaire dans un café, rencontre un Américain séduisant, se sent en confiance… puis repart à Londres. Sans plan précis, toujours sans travail, et la magie de San Francisco envolée.

J’avais déjà chroniqué ce titre par le passé (ici), et si je vous l’inscris dans cette sélection, c’est bien parce que je l’ai très apprécié. Je n’ai hélas pas trouvé de version française, mais si vous avez la possibilité de le lire en langue originale, il ne vous décevra pas. Renouveau, voyage, découverte, cuisine, rencontres et désir d’entreprendre… Tous les ingrédients sont là 🙂

Miss You, de Maria Duffy

On termine avec mon dernier favori, qui ressemblerait à s’y méprendre au pitch de Miss You de Kate Eberlen que je n’ai pas encore lu. Les deux héros n’ont de cesse de se croiser tout au long de leur vie, du berceau à l’aube de leurs 30 ans. William, issu d’une famille aisée, n’a rien de commun avec Donna, dont la vie a été plutôt rude dans un quartier populaire de Dublin. Quand l’existence de chacun se voit bouleversée par un événement tragique, leurs chemins se défont pour finalement se retrouver à l’autre bout du monde. Mais le destin n’a pas fini de s’en prendre à ces âmes sœurs qui s’ignorent…

C’est parce que j’aime beaucoup l’Irlande et les histoires d’amour de gens qui sont destinés l’un à l’autre mais qui ne se voient jamais (comme ici) que mon choix s’était porté sur Miss You. Il y a quelque chose de frustrant et à la fois excitant à attendre que l’un aperçoive l’autre, on guette le moment, on se dit « rââh, j’le savais ! » quand ils se loupent de peu… Et ce moment qui pétille quand ils se voient enfin (enfin !!). Pour tout ça, je vous conseille mille fois ce titre de Maria Duffy.

 

Et vous, quels sont vos livres « tout doux » qui font du bien et que vous liriez même deux fois ?

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply