Glousser

Le rêve de Vanessa, de Cécile Soler. Ou la fraîcheur d’une jeune patineuse en herbe

10 août 2015

Mazette, c’est les vacances. Et il fait beaucoup trop chaud pour se plaindre. Comme je passe 98% de mon été au bureau (les 2%  restants étant consacrés à de furieux week-ends – je me suis octroyée une escapade à Chartres, une autre à Paris et la dernière… est à venir *Bretagne si tu m’entends, je crie ton nom*), je me prends à rêver de steppes glacées où cesserait mon inexorable fonte.
Mon blog, à l’image de nombreux autres, s’est temporairement mis en veille car mon cœur a été ravi par les salades de fruits, les baignades sauvages et les verres de vin blanc. Or, sachez une chose : je ne me suis pas pour autant arrêtée de lire. Mieux, je m’y suis remise. Un engrenage de mon cerveau s’était malencontreusement bloqué, faute à un boulot prenant, un déménagement et un an de vie française à rattraper.
J’ai trois bouquins fabuleux dont je dois vous parler, dont celui-ci qui, à défaut de m’apporter la fraîcheur des steppes, m’a apporté la glace. Petit aparté : ce titre n’a pas été sans me rappeler des heures pénibles à pousser un chariot dans une patinoire, tel un veau en équilibre sur la banquise, pour apprendre à… eh bien, patiner. J’avais quelque chose comme 7 ans et je n’étais pas bien finaude. Heureusement, comme vous pouvez l’apercevoir dans cette vidéo, j’ai appris à ne jamais tomber. Ce qui, de mon point de vue, est un super-pouvoir en soi.

Pourquoi lire Le rêve de Vanessa ?

** Car évidemment, l’héroïne n’a jamais dû passer par l’épreuve accablante du chariot pour savoir patiner comme une reine. Bien qu’elle soit encore une pré-ado, Vanessa a pour passion le patinage et n’a pas l’intention d’en démordre, malgré des parents un chouïa coincés du bulbe. La jeune fille collectionne bonnes notes et acrobaties sur la glace, quand vient THE opportunité de sa courte existence : passer les exams pour entrer à Arcadia, une prestigieuse école sportive.
Reste à convaincre ses parents psychorigides qui n’ont pas super envie de voir leur fille unique se lancer dans une carrière qui, à leurs yeux, s’apparente à celle d’un intermittent du spectacle (ou PIRE, d’un chômeur longue durée). Vanessa devra – gentiment – lutter contre eux, affronter sa peur de l’échec et prendre confiance en elle. Grandir, quoi. Comme nous tous. A part moi.

** Parce que le livre ne parle pas que de glace. De prime abord, quand on évoque un livre jeunesse, on pense à la Bibliothèque Rose (la collection de livres pour juniors, pas Harlequin – hé), mais il n’en est rien. Cécile Soler nous fait revivre les douces colères de la pré-adolescence, quand les parents nous obligeaient à faire nos devoirs, être polis ou… ou obéir. Ainsi que les querelles et affrontements entre filles, la concurrence à peine dissimulée, les premiers regards enamourés aux garçons charmants mais distants. Vanessa, c’est un personnage qui rassemble un peu tout ça.

** Parce que ce petit livre est un ebook (mais il s’achète aussi en impression à la demande) et il est plutôt court, soit une soixantaine de pages. Autrement dit, c’est accessible aux pré-ados qui ne peuvent pas se concentrer plus de 5 minutes d’affilée sur un support (serais-je une vieille bique acariâtre ?)(hinhin). Plus sérieusement, c’est frais, ça se lit vite et bien. Et le plus mignon dans tout ça, c’est la couverture. L’auteure s’auto-édite sur Amazon, c’est mieux de le préciser car moi, j’aime bien aller fouiner chez les gens qui se donnent de la peine pour faire exister des bouts de vie.

Pourquoi je vous le recommande ?

Cécile Soler est journaliste. Elle a parcouru le monde pour couvrir des compétitions de sport de haut niveau, et elle a survécu. Je la soupçonne même de s’être auto-intégrée dans l’histoire de son héroïne, Vanessa, mais j’en aurais fait autant (à la réflexion, j’en aurais même fait des caisses).
Ce roman est son premier, alors je souhaitais savoir ce qu’une journaliste de son niveau était capable de produire en littérature jeunesse. Et, ma foi, chapeau ! Elle a su disséquer les sentiments d’une ado en pleine poursuite de son rêve d’enfant, et j’ai trouvé le message très positif.
Mettez ça dans les mains des 10-13 ans et, si vous remuez le tout dans un saladier, il en sortira des êtres combatifs ! J’exagère ? Un peu. Mais l’héroïne fait ces premiers pas que l’on pose dans le monde adolescent et, pour de nombreux jeunes en perdition à cet âge charnière, c’est un peu comme un phare dans l’océan des hormones troubles.
Et, étonnamment, quand on le termine, on a qu’une hâte… Connaître le futur incertain de la patineuse en herbe. Ce qui est tout vu : le deuxième tome est sorti, le troisième en cours de rédaction… Ah, et si vous êtes intéressés pour l’offrir à Jeanine, votre nièce boudeuse sur sa serviette de plage, il est en vente sur Amazon à un prix plus qu’intéressant (2, 99 € !).

ophelie

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Coralie 2 septembre 2015 at 3:29

    Suite à ton billet, j'ai commandé ce livre à ma petite pré-ado qui l'a dévoré et vient de terminer du coup le tome 2 ! Bises

  • Reply Ophélie Feedbackbaby 9 septembre 2015 at 2:16

    Coucou Coralie ! Super, quand j'ai vu ton message je l'ai immédiatement transféré à l'auteure :') Elle est ravie de ce retour ! Je pense que ta pré-ado pourra te réclamer le 3e tome très bien d'ailleurs !
    Bises !!

  • Leave a Reply