Aimer Glousser

L’amour et tout ce qui va avec, de Kristan Higgins. Une histoire très attachante

20 février 2019

Vous ne le savez peut-être pas, mais j’adore Kristan Higgins. Je parle souvent de ses livres autour de moi, car ils ne me déçoivent ô grand jamais. Dans ses romances, il y a toujours des héroïnes imparfaites, résidant une petite ville américaine paumée, qui ne cherchent pas intentionnellement l’amour. Bon, ok, elles aspirent tout de même à faire la rencontre de « the One » mais, quand ça arrive, c’est non seulement drôle, mais aussi bien amené.
Ajoutons aussi le fait que je tombe toujours en pâmoison devant les héros masculins de Dame Higgins, parce qu’ils sont tous à croquer !
Et que dire des personnages secondaires ? Au-delà d’être attachants, certains sont à mourir de rire ! Rien que les dialogues sont savoureux. J’aimerais avoir davantage d’échanges comme ça dans la vraie vie, faits de piques et de blagues intelligentes et un brin fantasques.
Voilà, c’est dit : je raffole de ses histoires. Et celle de L’Amour et tout ce qui va avec est, de loin, ma préférée. Déjà parce que j’en ai pincé fort pour Ian, le sublime blondinet aux allures russes (et il faut savoir que ma préférence va aux bruns depuis la nuit de temps). J’ai aussi flashé sur la famille loufoque de l’héroïne, Callie. Enfin, last but not least, l’intrigue en elle-même est un classique du genre mais, selon moi, la façon dont l’auteure la conte la place au-dessus de la moyenne : elle recèle de situations plus cocasses les unes que les autres.

Pourquoi lire L’amour et tout ce qui va avec ?

L’histoire débute donc avec l’anniversaire de Callie, une jeune femme qui bosse pour une agence de pub, dans une petite ville du Vermont. Depuis toujours, Callie est raide dingue de son boss, le séduisant et ténébreux Mark, avec qui elle a eu une liaison torride par le passé. Le jour de ses 30 ans, elle se persuade que Mark va enfin la demander en mariage… Mais celui-ci lui annonce qu’il sort avec la fille du plus gros client de l’agence, une garce nommée Muriel. Et le pire, c’est que cette dernière va être employée par Mark pour bien casser les pieds à toute l’équipe.
Si Callie est dévastée, elle n’en montre (presque) rien : elle est d’ailleurs connue dans le coin pour son optimisme et sa gentillesse exemplaires. Et ces merveilleux traits de caractère vont l’aider à se remettre en selle, puisque Callie ne se laisse pas dégonfler et décide de se lancer dans la recherche du grand Amour.
Sur les conseils de ses proches, elle se rend alors sous un faux prétexte au cabinet du nouveau véto de la ville : le Dr Ian McFarland. Mais ce dernier, aussi aimable qu’un ours mal léché, n’est pas des plus encourageants. Blond comme les blés et bâti comme une armoire à glace, Ian a la froideur d’un congélateur (sauf avec ses amies les bêtes, of course). Rabrouée, Callie se résigne à tenter sa chance avec des rencarts par internet. C’est ça, ou bien endurer les dents serrées la vision quotidienne de son boss en relation idyllique avec sa nouvelle copine… alors même que cette dernière, jalouse, cherche à lui nuire.
Mais le hasard faisant bien les choses, Callie va croiser Ian dans les moments les plus impromptus : que ce soit lors d’une rando en montagne, chez l’herboriste ou lors d’un rdv galant raté avec un mec d’internet… Même si Callie se tape chaque fois la honte, ces rencontres fortuites vont-elles finir par les rapprocher ?

Pourquoi je vous le recommande ?

Comme tout livre de Kristan Higgins, j’ai terminé cette lecture en à peine 3 jours. L’intrigue est bien plus complexe que ce que j’ai décrit plus haut, et c’est ce qui fait la richesse des œuvres de l’auteure.
Notons que, comme toute femme anormalement constituée, Callie converse avec 2 voix dans sa tête : celle de Michelle Obama et celle de Betty Boop. Elle habite chez son grand-père (un fabricant de kayaks taciturne qui la surnomme aimablement « pisseuse »), mais elle a grandi dans le funérarium familial (l’assistant de sa mère, un petit homme libidineux et creepy, est d’ailleurs son plus grand fan). Elle a deux nièces, dont la plus petite est scoot et la plus grande trouve qu’elle est ringarde quand elle danse le hip-hop sur du Black Eyes Peas. Et Callie devra également aider son père à reconquérir sa mère aigrie par leur divorce… contre l’avis de sa sœur aînée et de son petit frère.
Bien sûr, je ne vais pas mentionner tous les personnages secondaires mais, comme je le disais plus haut : je les adore !
Cette lecture m’a fait l’effet d’un bonbon. Désormais, il me les faut toutes ! Si vous souhaitez connaître mon avis sur la série Blue Heron, n’hésitez pas à découvrir mes chroniques sur le tome 1, le tome 2 et le tome 3.
Et ce qui est chouette, c’est que je n’ai pas fini : il me reste les titres Trop beau pour être vrai et L’homme idéal… ou presque. Miam-miam !

Et vous, connaissez-vous ce titre ? Il vous tente ?

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.