Rire

La Petite Mort, de Davy Mourier. Où l’on trouve de l’humoir noir tout mignonnet

12 septembre 2013

Dans la vie, je suis bon public. Sans atteindre un taux de débilité extrême, mon humour est pratiquement sans limite. C’est très pratique en société pour s’intégrer. Et également hyper utile pour faire croire à un gars qui fait une mauvaise blague qu’il est le roi du stand-up. L’humour est ma came, mes pointes de délire sont mes rayons de soleil quotidiens. Parfois, mes barres de rire sont tellement puissantes que je finis par me demander comment je n’ai pas encore réussi à me coincer les zygomatiques de façon irréversible.
Mais là n’est pas le sujet. Le sujet, c’est cette bande-dessinée de l’excellent Davy Mourier, un monsieur que j’ai déjà vu plein de fois dans les vidéos du collectif Golden Moustache (auxquelles je suis accro). J’ignorais tout de l’existence de La Petite Mort jusqu’à ce qu’une Madmoizelle fasse une interview de Davy à l’occasion de la sortie officielle de la BD. (si vous cliquez sur les liens ci-dessus, s’il vous plaît revenez par ici parce que j’ai pas fini, en fait.)

 

Pourquoi lire La petite Mort ?

1. Parce que c’est de l’humour noir, voilà. Je suis consciente que beaucoup n’aiment pas ce type de rigolade, mais il faut savoir que Davy Mourier a le trait de crayon mignon et qu’il est donc impossible de se laisser gagner par un air atterré.
C’est l’histoire de Maman Mort et de Papa Mort qui ont eu un fils, la Petite Mort. Celui-ci est envoyé par ses parents à l’école des humains pour apprendre à mieux connaître les gens qu’il va faucher quand il sera grand. Sauf que la Petite Mort, lui, a une autre ambition. Bah oui, il veut devenir fleuriste. Normal, non ? Euh, non. Sur le dos, la Petite Mort a un cartable rose Hello Kittu (coucou). Dans sa classe, son seul copain est un camarade de classe atteint d’une leucémie. Il est amoureux d’une gamine qui ne veut pas de lui, aussi. Et à la maison, quand il s’ennuie, sa mère l’encourage à aller faucher des vieux. Why not, hein.
Le tout est dessiné dans un style tellement choupi-trognon qu’on en ferait bien un poster (mais c’est également tout à fait lisible pour les garçons).

2. Parce que c’est décalé, affolant et trop-marrant. Cette bande-dessinée n’est pas comme les autres, non. En plus des vignettes classiques, on y voit de fausses publicités, un album de photos rigolo, des planches relatant les petites histoires de personnages secondaires… Davy Mourier a préféré donner dans la variété. Et il a eu raison.

3. Parce que la réalité y est augmentée. Je m’explique : si vous êtes armé-e-s d’un smartphone, vous pouvez scanner les pages comportant un pictogramme et vous verrez apparaître des vidéos explicatives (style making-of) et même un jeu vidéo (que je n’ai pas encore testé, certes).

Pourquoi je vous le recommande ?

Comme je le disais plus haut, c’est drôle, c’est frais… c’est noir comme le café. Moi, j’aime parce que ça décrasse. On relativise les choses – les plus moches et les plus tristes – dans l’humour et ça, c’est vraiment archi-chouette.
Davy Mourier a donné naissance à la Petite Mort lorsque son père a subi un infarctus (mais aujourd’hui il va bien, nous assure Davy dans son mot de la fin). Il a donc imaginé le « visage » de la Faucheuse qui viendrait chercher son papa, l’heure venue. La Petite Mort, c’est un peu son personnage-catharsis, celui qui lui a permis de se purifier de sa peur de la perte. (en tout cas, c’est ainsi que je l’ai compris)
Du coup, la bande-dessinée fait sourire et même – parfois – éclater de rire à fond les ballons. Parce que les personnages ont cette petite touche ridicule si caractéristique de l’humour noir. En 96 pages, on se sent planer un peu. Et notons aussi la contribution des amis de Davy Mourier, comme, entre autres, Bérengère Krief, Monsieur Poulpe, Alexandre Astier ou Kyan Khojandi. Rien qu’eux. Maintenant je n’ai plus qu’à me la faire dédicacer (il y a une page spéciale pour ça), mais je ne sais vraiment pas comment faire, là. Vous avez une idée ? :’)

ophelie

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply Isa 12 septembre 2013 at 8:46

    Eh bien voilà, tu as réussi à me donner envie de le lire et il est déjà dans mon panier Amazon. je t'en dirai des nouvelles 😉

  • Reply Ophélie Blibli 12 septembre 2013 at 8:50

    Isaaa !! Oh bah oui alors ! C'est un album tellement chou 🙂 Je pense que ça va te plaire, assurément ! Des bisous !

  • Reply Marjorie 16 septembre 2013 at 3:48

    Une BD avec la Mort (même petite) qui porte un cartable rose, ça ne peut que être bien ^^ Merci pour la très chouette découverte et l'article qui donne bien envie de lire!

  • Reply Ophélie Blibli 17 septembre 2013 at 8:27

    Le cartable rose Hello Kittu, il fallait y penser, Davy Mourier l'a fait ^^' En tout cas ça me donne envie d'avoir le même 😉 J'espère que tu seras conquise par cette petite BD mignonne "qui tue" !

  • Leave a Reply