Aimer Rougir

Le doute au cœur (La coureuse), de Maïa Mazaurette. Ou celle qui chassait l’homme avec amour

11 octobre 2012

Un billet un peu spécial pour un livre qui m’a tenu à cœur, pour une journaliste que j’apprécie.

 

Pourquoi lire Le doute au cœur (La coureuse) ?

1. Parce que c’est une femme qui se raconte. Maïa Mazaurette, journaliste qualifiée de « sexperte », se considère comme chasseuse d’hommes depuis son adolescence. Elle a bâti sa carrière autour d’eux et ne vit, étonnamment, que pour eux. Pour l’amour, pour l’intérêt qu’elle suscite, pour tout ce qu’elle peut obtenir d’eux en quelques efforts. Le tout, c’est de ne pas se faire prendre à son propre jeu, d’être stratège, de rester la plus forte. Et pour conquérir le corps et le coeur d’un jeune et riche danois, elle serait prête à toutes les concessions. Ou presque.

2. Parce que le style de Maïa a la classe. Ses mots prennent vie au sein de paragraphes aérés, sa pensée est structurée. Ainsi, on évite de la perdre dans ses raisonnements. Des dialogues ? Il y en a peut-être peu, mais quelle force ! Je ne sais jamais décrire avec justesse l’écriture de Maïa, sans doute que je l’admire trop pour oser la qualifier avec mes pauvres petits mots.

3. Parce que c’est bien plus que le livre d’une serial dragueuse. Vous plongerez dans la tête d’une féministe qui pense que les hommes nous ont donné des armes dont on peut se servir contre eux, pour mieux les aimer, les détester, pour mieux s’aimer. A sa lecture, on a de quoi réfléchir, de quoi remettre en cause certains principes ou de quoi avoir envie de s’affirmer différemment. Ce bouquin, c’est une véritable leçon de vie… dont l’auteure elle-même n’a pas encore résolu l’énigme.

 

Pourquoi je vous le recommande ?

Parce que, quand on suit quotidiennement le blog de Maïa (Sexactu sur GQ), on ne peut pas y échapper. C’est un appel. C’est obligatoire. Il faut y aller sans plus tarder. On l’y reconnaît. Tous ses questionnements et ses analyses sont là, tapis entre les lignes. Pour autant, on y découvre une autre facette de Maïa, même si le livre est étiqueté « auto-fiction ». Fichtre, j’y crois à peine. J’y ai même reconnu la personne d’Arthur de Pins (illustrateur des Péchés Mignons) dedans.
Parce que ça peut changer des choses en vous. Par exemple, je me suis vue dans ce livre, et peut-être vais-je par la suite me « recalibrer » : face aux garçons que j’ai rencontrés ces trois dernières années, j’ai toujours affiché ma force et mon indépendance. Trop fière d’en arriver où j’en suis aujourd’hui, comme une grande sans l’aide de gros bras protecteurs. Est-ce pour cette raison que je reste plus souvent seule qu’accompagnée ?

Dans le livre, Maïa prône que la meilleure stratégie qui soit, c’est de cacher sa force. Raconter des histoires aux garçons, les bercer d’illusions puisqu’il faut rester chaste et pure à leurs yeux, même si notre compteur de conquêtes affiche un score aussi élevé que le leur. Succès amoureux assuré ? J’en débats encore intérieurement…
Et puis, toutes les problématiques liées au statut « d’être femme » sont abordées : jusqu’où est-on prêtes à aller pour plaire à ces messieurs ? Rouge sur les lèvres, robes vaporeuses et charme à toute épreuve… Oui mais, s’il n’y avait que ça…

Le plus ? Vous en apprendrez plus sur les relations hommes-femmes dans ce livre que dans tous les autres livres « pratiques » qui existent au monde. Un vrai témoignage, une vraie vie vécue, ça n’a pas de prix.

ophelie

You Might Also Like

8 Comments

  • Reply Alister Cameron 12 octobre 2012 at 9:09

    Hey !! Mais c'est ma chroniqueuse préféré de G.Q!
    Je vais m'empresser d'aller dévorer son livre dès demain… Je le lis et je donne mon ressenti ^_^

  • Reply Jasmine 12 octobre 2012 at 9:09

    J'étais pas convaincue par ce livre à la base, mais après t'avoir lu, c'est difficile de résister 😉

  • Reply Ophélie Blibli 14 octobre 2012 at 8:20

    C'est une question d'attirance 😉

  • Reply Ophélie Blibli 14 octobre 2012 at 8:21

    Super, ça me ferait super plaisir de savoir ce que tu en as pensé ! Maïa, c'est une excellente plume, pas de déception à prévoir !

  • Reply Ellen A Paris 15 octobre 2012 at 6:18

    Hello Ophélie,
    Alors là, ça c'est une promo du tonnerre ! Tu me donne bien envie d'en découvrir plus sur cette Maïa !
    Sinon je confirme : Cupidon a été retrouvé au fond d'un mixeur Thermomix 😉
    Bisous <3

  • Reply Ophélie Blibli 15 octobre 2012 at 7:26

    J'imagine que Cupidon ne ressemblait plus à grand-chose après une session au mixeur, surtout un Thermomix lol
    Et oui je fais une promo d'enfer quand j'pense qu'une auteure, c'est d'la bombe ! ;D
    Bizouu !

  • Reply Nokt 12 novembre 2012 at 8:57

    Je ne savais pas qu'elle avait écrit un roman, je l'ai connue en achetant "Peut-on être romantique en levrette ? 69 questions sur le sexe" (co-écrit avec un sexologue) et en passant de temps en temps sur son site. J'aime sa liberté de ton, et sa façon d'aborder la sexualité sous tous les angles de manière décomplexée sans pour autant tomber dans le vulgaire bref, j'ai ma lecture du week-end toute trouvée 😀 !

  • Reply Ophélie Blibli 12 novembre 2012 at 8:58

    Exactement, sa façon d'écrire subjugue 🙂 D'autant plus que le roman est réussi. Un bon choix de future lecture !

  • Leave a Reply