Carnets de voyage Europe Hongrie SVE

Hongrie. A propos de la danse floklorique à la Magyar

25 avril 2014

La danse. Hum. Vaste sujet.

Avoir une affinité avec elle n’est pas donné à tout le monde. Certains sont tombés dedans quand ils étaient petits quand d’autres peinent toujours à mouvoir leur corps sur la piste de danse. Mais j’imagine que c’est surtout une question de confiance en soi. (et en ses jambes, son tronc et ses bras). La danse et moi, c’est toute une histoire. D’apprivoisement, surtout.

Mon enfance, je l’ai passée dans les cours de gym et de modern jazz, aussi gracieuse qu’un baleineau engoncé dans un justaucorps. Ado, j’ai tenté le hip-hop avec des copines pour finalement abandonner, la casquette et le jogging n’allant décidément pas avec mon air d’intello.

Étudiante, je m’éclatais sur le dancefloor des boîtes de nuit en remuant des hanches auprès des garçons comme dans un mauvais clip de R’n’B. (très, très mauvais genre !)

Puis, un jour, j’ai découvert la salsa portoricaine. Traînée dans un cours par ma tante, je n’en suis jamais repartie. Mémoire, technique, équilibre… En trois ans de pratique, j’ai appris à coordonner mes mouvements en rythme tout en développement ma « grâce » et ma vivacité. (et je peux danser seule aussi, ce qui est très pratique en soirée)(si, je vous assure, je danse seule parfois – bizarre ? Peut-être.)

Et en plus je sais maintenant danser en talons sans m’étaler, ce qui est vraiment le top de la grande classe. 

En bonne accro à la danse que je suis devenue, je suis – par corrélation – une fille qui s’intéresse un peu à ce qui se passe chez les autres dans ce domaine.

Bref. La semaine passée, une amie Hongroise du bureau m’a demandé si je souhaitais venir voir une démonstration de son groupe de danse folklorique lors de « l’International Day » de sa prestigieuse fac. Oh joie.

L’université Corvinus est un splendide bâtiment au bord du Danube (où se côtoient la crème de la crème des étudiants en sciences éco), c’est donc avec plaisir que je m’y suis rendue pour voir de quoi il en retournait.

Je m’attendais à voir du costume traditionnel et des sauts de cabri, je n’ai pas été déçue. (j’ai monté une petite vidéo sympathique de cette démo, cliquez ci-dessous pour la voir 🙂

 Maintenant que vous avez vu la vidéo, parlons d’une chose qui m’a interpellée pendant la démo.

Entre deux « chorégraphies », les danseurs se sont arrêtés pour déclamer quelques phrases en hongrois (les garçons d’un côté, les filles de l’autre – voir photo d’illustration de cet article). Suite à ça, les garçons ont chacun sorti une fiole de parfum de la poche de leur veste pour en asperger la tête des filles.

Puis les garçons se sont soudain précipités sur tous les individus féminins de la salle pour les asperger de parfum à leur tour.

Et donc, à part le fait de m’être retrouvée parfumée du cou aux oreilles par 3 parfums différents (et par des garçons, oh my god !), je n’ai pas compris ce qui se passait. (et non : je ne suis pas encore bilingue en hongrois) Pour passer outre ce choc culturel, j’ai demandé à mon mentor le pourquoi du comment. Voici :

 

Ajoutons à cela que Pâques est :
** Le plus gros week-end où l’on se retrouve en famille après Noël
** Un week-end pendant lequel les magasins ferment (pauvres touristes désœuvrés dans les rues de Budapest et ailleurs)
** L’occasion de manger beaucoup (et plus spécialement des œufs, des vrais, et non ceux en chocolat auxquels nous sommes habitués)
Mais il me semble que ces coutumes ont lieu dans les pays du Centre de l’Europe et plus à l’Est… Mais je n’en suis pas sûre à 100%. Avis à ceux qui savent… !

 

ophelie

You Might Also Like

7 Comments

  • Reply Coralie 26 avril 2014 at 11:52

    Merci pour ce joli billet et cette petite anecdote par contre non seulment les filles étaient arrosées d'eau mais en plus elles devaient offrir des oeufs ; c'est pas très équitable tout ça 😉

  • Reply Ophélie Blibli 28 avril 2014 at 7:56

    Salut Coralie ! Merciii 🙂 Tradition misogyne ? Un peu, je suis d'accord. Mais il parait que cela se perd de plus en plus, la société se modernise !

  • Reply Ellen A Paris 28 avril 2014 at 11:03

    Hello Ophélie,
    Bravo pour cette vidéo ! Tu as tourné avec quel matériel (faut que je m'y mette, mais je n'y connais rien en matériel, il y a trop de choix !) ?
    Elle est marrante cette tradition du parfumage, ils devraient offrir un flacon de parfum ce serait mieux ha ha 😉
    Sinon tu n'y échapperas pas : quand tu rentreras en France (si tu reviens, pitié reviens….) je t'embauche comme coach de danse ! Moi aussi je veux faire ma Beyonce ha ha !
    Bisous miss et passe une belle semaine <3

  • Reply Ophélie Blibli 29 avril 2014 at 8:07

    Coucou ma Ellen ! Merci de ton compliment sur ma vidéo 😀 Eh bien rien de plus simple, je n'ai fait qu'utiliser mon smartphone ! et j'ai utilisé Adobe Premiere Pro pour le montage, j'avais appris a utiliser le logiciel quand j'étais web-reporter et je pense que c'est le meilleur dans son domaine.
    La tradition de l'aspersion de parfum est complètement drôle, et je ne sais pas si les garçons y gagneraient vraiment au change s'ils offraient du parfum a toutes les femmes de leur entourage (parce que c'est ce qu'ils font, finalement : la mère, la grand-mère, la petite-fille… toutes les nanas de la famille y ont le droit ! 🙂
    Et oui, promis, je reviendrai (sauf si j'épouse un étranger a la fin de l'année – nan je rigole) pour t'enseigner la façon caliente de remuer du popotin huhu ! Gros bisouuuus

  • Reply Polina 2 mai 2014 at 8:20

    Un joli billet dont le ton et la vidéo m'enchantent ! C'est vraiment chouette de pouvoir découvrir des anecdotes/facettes d'un pays que l'on ne connait pas, merci pour ce beau et curieux partage !

  • Reply Ophélie Blibli 3 mai 2014 at 8:31

    Bonjour Polina 🙂 C'est troop gentil de me dire ça, cela me fait plaisir et m'encourage beaucoup à continuer, évidemment ! On sait trop peu de choses sur la Hongrie, en tant que Français, donc c'est intéressant de faire un focus dessus 🙂 A bientôt pour de nouvelles anecdotes !

  • Reply Julie - La Boucle Voyageuse 13 avril 2015 at 12:46

    C'est chouette d'avoir ton expérience du coup. Quand mon collègue m'expliquer au début (qui ne parle que très peu français et moi pas un mot de hongrois donc), j'ai eu du mal à saisir ahah !

  • Leave a Reply