Aimer Glousser

Coeurs-brisés.com, de Emma Garcia. Ou la fille amoureuse qui croyait aux pouvoirs d’Internet

7 août 2014

Revenons à ce que je sais faire de mieux : parler bouquins. Non, mieux. Parler bouquins dégoulinants de mièvrerie. (je sais aussi parler romans avec des épées qui piquent et des gens qui saignent, mais je peux faire moins de mots d’esprit et de blagues douteuses avec, comprenez-moi bien.)
Quand le monde se fait lourdingue autour de vous, faîtes comme moi. Plongez-vous dans une histoire où la fille vient d’apprendre que sa vie amoureuse a la couleur d’une eau saumâtre et qu’il lui faut abuser de substances illicites pour éviter de boire la tasse. Et jubilez quand elle est sur le point de s’en sortir !
C’est fou comme je raffole de happy endings : cela faisait comme une éternité que je ne m’étais pas plongée dans un roman de chick lit’ qui fait faire du « boum-boum » dans la poitrine… !
Oui, je suis raide folle de ces histoires qui commencent par « Il m’a larguée y’a trois jours et je suis en train de manger la moquette de mon salon tant je suis au désespoir ». C’est bizarre, dites-vous ? Hum. Juste un chouïa.
Mon goût pour elles a débuté quand j’étais pré-ado, lors de longs étés pendant lesquels il n’était jamais question de vacances. Alors que la plupart des jeunes s’en allaient vivre leurs premières amourettes estivales, moi j’étais enfermée dans ma chambre à attendre que les jours passent… En attendant la rentrée, donc, ma mère me fournissait en livres de supermarché estampillés « Cœur Grenadine », ces trésors de papier aux couvertures laquées en rose, vert et bleu. Dessus figuraient toujours ces visages frais et pimpants de jeunes amoureux fictifs, aux lèvres roses et à la dentition parfaite.
A travers eux, je vivais à fond des histoires de big love au rythme ahurissant d’une tous les 2 jours. Tout ça, sans bouger de mon lit. Quelle serial-loveuse ! (jusqu’à ce que je me heurte à la rude réalité en partant réellement en vacances, vers 14 ans)(« Ah bon on ne peut vivre qu’une amourette par été ? rroh… »)
Aujourd’hui, je lis des histoires « pour les grandes » et j’en suis tout aussi ravie. Je suis bien consciente que les intrigues n’ont rien de bien folichon, mais… aah, l’amour dans les bouquins ! J’adoooooore ! Bien. Parlons de ce livre-là.

Pourquoi lire Coeurs-brisés.com ?

1. Parce qu’il y a une histoire de fille un peu accro à son blog dedans.
Viv Summers (de son vrai nom Vivienne) est une Londonienne tout ce qu’il y a de plus normale. (enfin avec son petit grain de folie, hein. Quelle héroïne de chick lit’ n’a pas un plomb qui pète de temps en temps, hum ?) Elle a un chouette boulot dans le service marketing d’une grosse firme et est fiancée à un super beau mec. Tout pourrait rouler comme un camion sur une autoroute si Rob, ce fameux beau mec, n’avait pas la sale manie de la planter chaque fois qu’ils prévoient de se marier.
Pour la 3e fois donc, Viv se retrouve encore le bec dans l’eau, une robe de mariée inutile sur les bras. De ce fait, elle fait ses valises et part s’installer en solo. Bien que son geste ait tout l’air d’une rupture en bonne et due forme, Viv s’imagine qu’il ne s’agit là que d’un break. Le temps que Rob reprenne ses esprits et revienne frapper à sa porte, vous voyez ?
Évidemment – on l’aura compris – Rob a bien d’autres projets…
Malheureuse à en crever, Viv décide de créer « Coeurs-brisés.com » pour se consoler et inviter les gens à partager leurs déboires sentimentaux online.
Entre-temps, elle laisse sa carrière dériver, boit beaucoup et se réveille un matin dans le lit de Max, son meilleur ami peintre, celui-là même qui a le béguin pour elle depuis toujours…
Une idylle faîte d’amour et d’eau fraîche commence, jusqu’à ce que Rob le BG décide de retourner dans les jupes de Viv, apparemment plus amoureux que jamais… Et s’ils reprenaient leur vie d’avant ?
2. Pour les dialogues entre internautes fictifs sur le forum du blog. Chaque début de chapitre commence par un sujet de forum sur lequel les participants sont invités à débattre : les réponses sont très ressemblantes à celles que l’on peut trouver sur le net… C’est drôle et vivant !
On y lit des histoires de rupture ridicules, des conseils donnés par le tout-venant sur la meilleure façon de se remettre d’aplomb, des échanges corsés…
3. Pour la tournure inattendue des événements… surtout en rapport à l’utilisation d’Internet. Bien que l’on sache que ça finira bien (voyons, voyons… ne vous étonnez pas), il y a toujours une part de surprise dans tout livre de chick lit’ qui se respecte. Dans Coeurs-brisés.com, on a affaire à une héroïne pour qui l’expression « Aux grands maux, les grands remèdes » a tout l’air d’un mantra, c’est vous dire !

Pourquoi je vous le recommande ?

Je ne dirai qu’une chose : lisez-le pour le fun. Honnêtement, je me retrouve un coup sur deux dans les personnages de chick lit’. Quand la fille est trop naïve (ou trop tarée), je ne vis pas l’intrigue à 100%. Mais, parfois, la magie fait effet.
Bien que je ne voyais pas ma propre personnalité se refléter dans celle de Viv, j’ai lu ce récit avec beaucoup d’intérêt (par « intérêt », je veux dire « lire-en-2-jours-non-stop »). C’est toujours intéressant de suivre les raisonnements un peu neuneus d’une fille qui se voile la face, je trouve. Pas vous ?
Et même si on voit venir de loin le dénouement, toute la « magie » réside dans le chemin qui va mener la donzelle dans les bras de l’heureux élu. Et ici, elle n’a pas son pareil pour se planter genre 2, 3, 4 voire 5 fois avant de décrocher le gros lot.
Hé, mais j’y pense. C’est pas ce qui nous arrive dans la vraie vie, des fois ?

ophelie

You Might Also Like

21 Comments

  • Reply Lizzie 8 août 2014 at 11:24

    J'adore tellement ce genre d'histoire aussi haha !

  • Reply Voir des etoiles 8 août 2014 at 12:25

    Ca va paraître snob, mais pour moi c'est Jane Austen et Charlotte Brontë. Pour l'instant je ne trouve pas beaucoup d'histoires qui me fassent sentir pareil.

    Bisous!

  • Reply Laura 8 août 2014 at 1:01

    Un bon roman de chick litt de temps en temps, ça fait toujours du bien au cœur ! Et l'originalité de celui-ci avec la création de ce fameux coeur-brises.com me tente bien ! 🙂

  • Reply Steph 8 août 2014 at 1:08

    Un article qui tombe à pic ! Je pars dans une semaine en vacances, c'est tout à fait le genre de livre qu'il me faut 🙂

  • Reply Ophélie Blibli 8 août 2014 at 1:24

    C'est comme un petit "péché" inavouable, ce livre que l'on cache sous l'oreiller ! Honteuse, la chick lit' ? Oh non voyons, c'est délassant !

  • Reply Ophélie Blibli 8 août 2014 at 1:26

    Bien sur, je comprends 🙂 Austen et Brontë, c'est du haut niveau de littérature !
    Mais la chick lit' ne prétend pas a ce niveau-la, elle est faite pour amuser, détendre… C'est pour cela que je l'aime, de temps en temps !

  • Reply Ophélie Blibli 8 août 2014 at 1:28

    C'est vraiment ce que j'aime dans la chick lit'. Ce petit coté léger, réconfortant, avec un message dégoulinant d'espoir… Bref, j'assume 🙂 Je suis contente de ne pas être la seule !

  • Reply Ophélie Blibli 8 août 2014 at 1:34

    Coucou Steph ! Je suis ravie de contribuer au choix de ta liste de bouquins a dévorer sur la plage ! 😀 Celui-ci est vraiment sans prétention, une histoire sympa avec une trentenaire qui se prend la tête au boulot et sentimentalement, c'est toujours ce qu'il y a de mieux pour relativiser un bon coup !
    J’espère que tu pourras en faire une petite chronique de ton coté 🙂

  • Reply Isa 8 août 2014 at 2:32

    J'adore tes chroniques, ça donne tellement envie !

  • Reply Mlle Gima 8 août 2014 at 6:00

    Allez, c'est partis, tu m'as donné envie de le lire ^^

    (mais pourquoi de l'aspirine sur cette photo ?)

  • Reply masque visage fait maison 8 août 2014 at 9:06

    Un article qui tombe à pic !

  • Reply bulle 9 août 2014 at 7:16

    Ce n'est absolument pas le type de livre que je lis d'habitude mais à ta manière de le présenter, je suis bien tentée…banco (oui, je dis banco, je sais que c'est naze mais je le dis), je vais l'acheter, qui sait, je vais peut-être moi aussi aimer

  • Reply Claire 9 août 2014 at 11:27

    J'aime ce genre de lecture de temps à autre, ça fait beaucoup de bien ! Je le note 🙂 il a l'air sympa.

  • Reply Ophélie Blibli 10 août 2014 at 1:40

    Merci Isa 🙂 Ha mais les tiennes aussi, voyons !
    A chaque fois je suis tes conseils de lecture 🙂

  • Reply Ophélie Blibli 10 août 2014 at 1:46

    Salut Mlle Gima 🙂 Pour répondre à ta question, j'ai mis de l'aspirine pour 2 raisons :
    * On soigne les gueules de bois avec (et crois-moi, l'héroïne du livre s'en colle une belle)
    * La mention "soigne douleurs et fièvres" renvoie à l'idée de "soigner les blessures amoureuses"
    Est-ce que c'est pertinent ? Je ne sais pas trop ^^

  • Reply Ophélie Blibli 10 août 2014 at 1:47

    Hello Bulle ! Mais noon "banco" c'est tout à fait un mot que je peux employer parfois ! Alors que si l'on dit "saperlipopette", tout de suite, y'a un léger malaise :p
    Je serais ravie que tu me fasses part de ton retour si jamais tu lis ce livre ! 🙂 A bientôt !

  • Reply Ophélie Blibli 10 août 2014 at 1:48

    Salut Claire ! Merci de noter la référence 🙂 Il est très sympa, en effet. Et je l'imagine encore mieux comme livre de plage, entre deux siestes au soleil… !

  • Reply Isa 10 août 2014 at 6:36

    Oups, j'ai une grosse responsabilité alors ! ^^
    Bisous <3

  • Reply Ophélie Blibli 11 août 2014 at 7:58

    Et je suis bien contente de ça ! 🙂

  • Reply Anna Lyra 25 novembre 2014 at 10:53

    Cette lecture m'intrigue et éveille mon intérêt…. Oh, et je partage à 100% ton goût pour la littérature sentimentale ! ^^

  • Reply Ophélie Feedbackbaby 25 novembre 2014 at 2:30

    Bienvenu Anna ! 🙂 Merci de ton commentaire ! Cette lecture apporte un peu de mignonnitude un soir d'hiver un peu morose… Je suppose que c'est la bonne saison pour se lancer 😀
    Je vois que tu as un blog qui parle de romance aussi, alors on va bien s'entendre ! Héhé

  • Leave a Reply